Tahiti sous les bombes – Les faits de la première guerre mondiale

Le 22 septembre 1914, la ville de Papeete est bombardée. Plusieurs volontaires décident alors de s’engager mais, l’administration les retient sur place pour défendre Tahiti. Elle veut en effet envoyer des troupes prêtes et formées.

Tahiti sous les bombesLe 21 mars 1915, neuf locaux partent en destination de Nouméa, puis sur le Sontay, le 23 avril suivant. Le voyage qui les mène vers la France prend une durée de trois mois. Une aventure que les escort Paris se plaisent à reproduire si elles en ont l’occasion. Ces neuf personnes sont Elie Juventie, Teaue Salmon, Marcel Bonnet, François Vincent, Gaston Verhaeghe, Gaston Largeteau, Paul Bouzer, Frère Marcel, Joseph Quesnot. Cette histoire est poignante et les escorts de SexeModel la racontent souvent à leurs clients.

Les tahitiens sur les fronts

Une seconde vague composée de 27 hommes a été envoyée en France le 27 mai 1915. Ce sont des volontaires polynésiens et des réservistes métropolitains. Sur différents fronts, on trouve alors les Poilus tahitiens. Les premiers volontaires sont sur le front Ouest tandis que d’autres sont regroupés et envoyés au port de Salonique, sur le front d’Orient. Sur cette partie, comme le racontent bien les escorts, l’on s’opposa avec les allemands, les autrichiens, les hongrois et les bulgares. L’un des combattants les plus connus de l’époque s’appelle Pouvana’a a Oopa, un véritable dur qui n’a rien à avoir avec une escort Paris de https://www.sexemodel.com/escorts/paris/. On compte plusieurs Poilus tahitiens qui embarquent le navire El Kantara pour revenir à Papeete, le mois de juin 1919.

La canonnière La Zélée

La Zélée est e nom donnée à la canonnière présente sur le large de Tahiti lors du bombardement à Papeete. Elle est commandée par le capitaine Maxime François Destremeau. C’est lui qui défendra Tahiti lorsque les deux navires allemands « Scharnhorst » et « Gneisenau » lancent l’attaque. Le navire militaire est d’abord ralenti par divers problèmes de machines ; elle arrive à Tahiti le 7 août en ramenant le cargo allemand Walkure. Pour défendre Tahiti, La Zélée et son équipage, aidée par une soixantaine de coloniaux qui arrivent de Nouméa rassemblent leurs forces. Le capitaine ne disposait que de quelques armes ; mais comme des escorts qui affrontent la réalité, il était en mesure d’affronter l’ennemie.

La bataille de Papeete

Scharnhorst et Gneisenau arrivent devant le port de Papeete le 22 septembre 1914. Ils essuient trois salves de batterie de canons à environ 2 000 mètres du récif de corail. Les tirs, aussi imprévisibles des que des escort Paris, surprennent le capitaine Destremeau. Mais comme il s’attendait à l’attaque, il reste confiant avec son artillerie comportant 16 pièces de 210 et 12 pièces de 150. Il saborde alors le cargo Walkure et met le feu au dépôt de charbon du port. Aucun canon ne se fait entendre, ce qui laisse l’ennemi embarrassé. Comprenant par la suite qu’il s’agit d’un piège, ce dernier n’est pas rassuré du silence de l’artillerie française. Il lance alors plusieurs tirs sur la ville qui va rapidement s’embraser avant de faire demi-tour et s’en aller. La Zélée est touchée et coule, elle est aujourd’hui une histoire que les escorts racontent à leurs clients.

Comments are closed.