Histoire expliquée – L’attaque allemande contre Tahiti

L’attaque allemande contre TahitiL’attaque allemande contre Tahiti se traduit par le bombardement de la ville de Papeete, le 22 septembre 1914. Le 1er août, la France mobilisait ses troupes au grand jour, tandis qu’à Tahiti, il fait nuit et que l’on dansait sur le Montcalm. Il fallait plusieurs heures, voire des jours pour transmettre du nouveau. Au cours de cette période, il n’existait pas de poste TSF en Polynésie. Le Montcalm fait escale à Raiatea puis met le cap sur Nouméa. Il ne reste plus que La Zélée pour défendre les 118 îles polynésiennes. Ce navire militaire, commandait par le capitaine Maxime François Destremeau, n’arrive à la base de Papeete que le 7 août. Elle revient avec le cargo allemand Walkure.

Tahiti se prépare à riposter

On attend impatiemment le navire à Papeete. Le gouverneur colonial Fawtier n’étant pas averti par Paris, comme les autres colonies françaises du Pacifique, la déclaration de guerre est pourtant annoncée au consul d’Angleterre. Le plus important c’est de pouvoir se tenir prêt et être disposé à riposter, bien que tout reposait sur La Zélée, son équipage et les quelques coloniaux en provenance de Nouméa. L’Allemagne est présente sur les mers ; elle a cinq unités biens fournies parmi lesquelles on compte les croiseurs Scharnhorst et Gneisenau.

Scharnhorst et Gneisenau lancent les tirs

Les deux croiseurs Scharnhorst et Gneisenau, après s’être ravitaillés à Bora Bora en prétendant qu’ils étaient des bateaux anglais, mettent le cap sur Tahiti. Ils lancent alors leurs premiers tirs. Le capitaine Destremeau semble indifférent à l’attaque mais a déjà barré l’accès avec le cargo Walkure. Puis, il y a le feu dans le dépôt de charbon du port. Comme le charbon est le centre d’intérêt des allemands à Tahiti, il n’y a plus grand-chose à faire puisque tout est brûlé. Les croiseurs bombardent alors la ville de plusieurs slaves et s’en vont.

Comments are closed.